Éfficacité énergétique

L’Espagne et le Maroc signent un accord d’interconnexion

L’Espagne et le Maroc ont signé un accord pour la construction d’une interconnexion électrique dans le détroit de Gibraltar.

Le gestionnaire de réseau espagnol Red Eléctrica de España (REE) et le fournisseur marocain L’Office National de l’Électricité et de l’Eau Potable fourniront l’analyse pour le projet de 700 mégawatts. Sa mise en service est prévue avant 2026. Les deux pays ont également signé un deuxième accord qui vise à établir un partenariat énergétique à long terme dont les objectifs sont axés sur l’intégration des réseaux et des marchés énergétiques, le développement des sources renouvelables et les moyens d’accroître l’efficacité.

Les deux câbles existants entre l’Espagne et le Maroc sont les seules interconnexions électriques de l’Europe avec l’Afrique. La première liaison électrique entre les États de la Méditerranée occidentale a été construite après 1996 et le deuxième câble sous-marin est entré en service en 2005 avec une capacité de double transit de 1,4 gigawatts.

La nouvelle interconnexion coûterait jusqu’à 150 millions d’euros, dont la moitié environ serait à la charge de l’Espagne, selon le REE. Il pourrait générer des revenus allant jusqu’à 140 millions d’euros pour le système électrique espagnol grâce aux péages et aux paiements pour la congestion.

la construction de la troisième liaison entre l’Espagne et le Maroc (…) permettra l’intégration des énergies renouvelables, principalement photovoltaïques, dans le système européen », a déclaré REE. Il a ajouté que le Maroc avait un « plan ambitieux de développement de l’énergie solaire … qui réduira par conséquent le prix marginal de l’électricité sur le marché espagnol ».

Il y a un intérêt du marché à la fois à Rabat et à Madrid pour stimuler l’interconnexion. L’Espagne fournit actuellement environ 15 % des besoins annuels en énergie du Maroc, mais il y a eu récemment un contre-courant à la suite du démarrage opérationnel, en décembre, de la centrale au charbon marocaine de 1,4 GW de Safi.

Il est prévu d’exploiter le potentiel solaire de l’Afrique du Nord, mais l’exportation vers l’Europe occidentale dépendrait d’une telle connexion au réseau transcontinental. Toutefois, ces projections dépendront des modèles commerciaux utilisés pour l’exploitation de la nouvelle connexion.

Une étude réalisée par l’Oxford Institute for Energy Studies de l’université d’Oxford a révélé que le projet présentait un problème : « la demande dans de nombreux pays d’Afrique du Nord a fait naître des doutes quant à la capacité de ces pays à disposer d’une offre suffisante pour être des exportateurs fiables pour le pays ». UE.

pour que des projets de ce type soient viables, ils doivent être développés autour de synergies de marché, de marchés intégrés et de complémentarité », indique l’étude. Dans le cadre de sa stratégie de lutte contre le changement climatique, le gouvernement socialiste sortant d’Espagne souhaite que l’électricité produite soit à 100 % d’origine renouvelable d’ici à 2050, ce qui signifie que son statut d’exportateur d’énergie pourrait changer.

Éfficacité énergétique

Quelle est la différence entre rendement et efficacité ? L'efficacité énergétique représente l'efficacité énergétique complète d'un système : elle dépendra donc de l'objectif du système. Elle relève de la performance,…