Des chercheurs du groupe « Politique climatique » de l’ETH Zurich ont publié une nouvelle étude intitulée« Blue skies over China : the effect of pollution control on solar energy and generation » dans la revue Plos One.

Ils y affirment que l’élimination complète des émissions des secteurs de l’électricité, des transports, de l’industrie et du résidentiel permettrait aux systèmes solaires photovoltaïques en Chine en 2040, ceux actuellement installés et les nouveaux d’ici cette date, de produire 85 à 158 TWh d’électricité supplémentaires par an.

la production supplémentaire serait supérieure d’au moins un tiers à la demande actuelle d’électricité de la Suisse et permettrait de générer 10,1 milliards de dollars supplémentaires pour l’industrie électrique chinoise grâce à la production d’énergie solaire », a déclaré la chercheuse Mercè Labordena.

En entrant dans les détails, et en examinant le secteur solaire chinois en 2016, les chercheurs affirment que l’élimination des émissions aurait augmenté la production photovoltaïque de 10 TWh à cette époque. Entre-temps, les recettes auraient augmenté de 1,4 milliard de dollars supplémentaires.

ce montant est égal aux pertes économiques dues à la réduction de l’énergie solaire en raison de l’instabilité du réseau au cours de la même année. Jusqu’en 2040, les revenus provenant de l’augmentation de la production solaire photovoltaïque pourraient atteindre 6,9 milliards d’USD pour un taux d’actualisation de 5 % et lorsque le FiT diminue avec le temps, et jusqu’à 10,1 milliards d’années le même taux d’actualisation. La même chose qu’en 2017″, calculent-ils.

Pour formuler leurs hypothèses, les chercheurs ont utilisé le modèle mondial d’aérosol et de climat ECHAM6-HAM2 avec la base de données des émissions du Community Emission Data System.

Outre l’augmentation de la production et des économies d’énergie, les chercheurs ont constaté que le rayonnement solaire augmenterait en moyenne de 11 % dans tout le pays. Des variations régionales se produiraient naturellement avec une augmentation de 8 % à Pékin, contre 26 % dans les provinces centrales. Permettre aux cellules solaires de générer un dixième de pour cent d’électricité en plus.

Le rapport indique également que la pollution atmosphérique affecte la production d’énergie solaire de trois manières : (i) les particules, qui s’accumulent sur les panneaux ; (ii) les particules d’aérosol qui interagissent pour disperser ou absorber le rayonnement solaire ; et (iii) la formation de nuages causée, par exemple, par la réaction du SO2 avec d’autres polluants, qui peut augmenter la réflectivité et la durée de vie des nuages, et diminuer le rayonnement solaire atteignant la surface de la Terre.

Alors que l’assainissement de l’air nécessite des investissements importants, les recherches estiment que les revenus tirés de l’augmentation de la production d’énergie solaire photovoltaïque pourraient couvrir 13 à 17 % des coûts associés. nos chiffres peuvent être une bonne nouvelle pour les investisseurs », a déclaré M. Labordena, ajoutant : « Si l’air était dépourvu de pollution, leurs investissements seraient amortis plus rapidement, ce qui libérerait de l’argent pour le développement de l’énergie photovoltaïque ». il a déclaré que les investisseurs dans l’énergie solaire bénéficieraient au maximum des mesures de contrôle de la pollution atmosphérique sur la côte est de la Chine, où l’expansion du photovoltaïque est la plus rapide.

Dans une autre étude publiée en juin, des chercheurs de l’université Duke, en collaboration avec des collègues de l’Indian Institute of Technology de Gandhinagar et de l’université du Wisconsin à Madison, ont constaté que l’accumulation de particules en suspension dans l’air sur les panneaux solaires pouvait réduire la production d’électricité de plus de 25 % dans certaines régions du monde, notamment en Chine et en Inde, où la pollution atmosphérique est extrêmement élevée.

Il existe de nombreux facteurs qui peuvent affecter la production photovoltaïque optimale d’un kit solaire et certains des problèmes les plus courants et les plus faciles à résoudre (dans de nombreux cas) sont ceux qui proviennent des modules photovoltaïques. Ainsi, si les panneaux solaires ne produisent pas l’énergie attendue en fonction de leurs caractéristiques techniques, la maison obtiendra moins d’énergie et, par conséquent, on pourra alimenter moins de consommation. Il existe trois facteurs définis qui affectent directement l’efficacité photovoltaïque des panneaux. Ces facteurs sont expliqués ci-dessous et des solutions rapides et faciles sont proposées :

Écarts de tolérance de fabrication La plage de puissance de sortie garantie des modules PV reçus d’une usine de production peut varier considérablement. Une déviation standard de ± 3 % est suffisante pour produire une perte de puissance de ~2 %.

Saleté, ombrage et feuilles La saleté sur le module, causée par la poussière, les fientes d’oiseaux ou la neige, augmente le décalage entre les modules et les chaînes. Bien qu’il n’y ait aucun obstacle lors de la conception du système, au cours de la durée de vie d’un système résidentiel, un arbre peut pousser ou une structure peut être érigée, ce qui crée une ombre inégale. Dans ces cas, une solution serait de nettoyer les panneaux solaires et/ou d’élaguer les branches ou les buissons qui créent des ombres sur le panneau.

Vieillissement inégal des modules Les performances des modules peuvent se dégrader jusqu’à 20 % sur 20 ans ; cependant, chaque module vieillit à un rythme différent, ce qui entraîne un décalage de vieillissement, qui augmente avec le temps. Il convient donc d’examiner dans chaque cas si cela vaut la peine d’investir dans de nouveaux panneaux solaires.

Comme on le sait, si un panneau solaire sur le nombre total de panneaux solaires installés dans un kit solaire photovoltaïque est ombragé, encrassé ou a un faible rendement, cela a des répercussions sur le rendement total de l’installation, car ce faible rendement affecte également le rendement indépendant du reste des panneaux solaires de l’installation. Une excellente solution pour que le faible rendement d’un panneau solaire n’affecte pas le reste des panneaux est l’installation d’un optimiseur SolarEdge P300, P370 ou P404, car ce dispositif permet à chaque panneau de fonctionner à son point de rendement maximal, indépendamment du fait qu’un panneau solaire ait un faible rendement en raison de diverses circonstances.

qu’est-ce qu’une maison passive ?

Lesmaisons passives combinent le concept d’architecture durable et d’efficacité énergétique, ce qui en fait des habitations confortables et respectueuses de l’environnement. La clé de ce type de maison est de créer un espace où la température est appropriée quelle que soit la saison. Pour y parvenir, il est important d’avoir une architecture durable où les matériaux utilisés sont optimisés grâce à des techniques passives.

Et quels sont les avantages des maisons passives ? En voici quelques-unes :

– Réduction de l’empreinte écologique.
– Utilisation de matériaux écologiques, végétaux, renouvelables et recyclés.
– Résistance et durabilité des matériaux.
– Bien-être, confort et santé.
– Efficacité énergétique grâce à l’emplacement, l’orientation, les matériaux, etc.
– Récupération de l’investissement initial dans une période de temps comprise entre 5 et 10 ans.




Ecovip render

Caractéristiques des maisons passives

Le concept de maison passive peut être appliqué à tous les systèmes de construction, à tous les goûts et à tous les besoins. Les caractéristiques qu’une maison doit présenter pour être classée comme maison passive sont les suivantes :

1. Laconception bioclimatique, c’est-à-dire la prise en compte du climat pour profiter du soleil en hiver et de l’ombre en été.

2. Isolation thermique et acoustique en choisissant les bonnes fenêtres, les bons murs, les bons toits et les bonnes portes pour maintenir une température parfaite.

3. Orientation. Une bonne étude de l’orientation pour que l’efficacité de la maison soit idéale. Si tel est le cas, la consommation d’énergie sera réduite.

4. Ventilation contrôlée par une ventilation mécanique pour renouveler l’air de manière contrôlée, en évitant d’ouvrir les fenêtres.

L’autosuffisance énergétique dans les maisons passives

Le site l’autoconsommation énergétique est une autre des caractéristiques les plus importantes des maisons passives. Puisque nous parlons de maisons à conception bioclimatique, il est important de miser sur les énergies renouvelables, comme l’énergie solaire.

L’installation de panneaux solaires est l’un des moyens les plus intéressants d’économiser sur la facture d’électricité et, de plus, ce n’est pas un investissement très élevé pour tous les avantages que l’on peut obtenir. Parmi les avantages les plus courants, nous pouvons souligner :

– Une énergie 100% renouvelable, qui contribue à l’efficacité énergétique.
– Entretien simple et facile.
– Durabilité de plus de 30 ans.
– Compensation de la facture d’électricité par la vente de l’excédent produit.


Dans tout cela, il est important de compter sur des entreprises comme Ecovip qui vous aident tout au long du processus de création d’une maison passive à l’architecture durable.

N’oubliez pas que si vous avez des questions, vous pouvez nous contacter sans engagement

Les petites et moyennes entreprises pourront bénéficier d’une prise en charge jusqu’à 50% du coût des projets prônant l’efficacité énergétique. Il y a quelques jours, l’Institut Valencien pour la Compétitivité des Entreprises (IVACE) a signalé qu’il soutiendrait les projets dont l’investissement est supérieur à 10.000, un investissement que l’Exécutif a voulu réduire afin que davantage d’entreprises du groupe des PME puissent y opter, ce qui n’était pas le cas auparavant.

Ces subventions ont débuté leur appel à candidatures en août 2019 et la soumission des candidatures est ouverte jusqu’au 31 décembre 2020. L’objectif de cette initiative est de réduire les émissions de CO2 et d’autres polluants afin d’améliorer la qualité de l’air et de respecter l’environnement. Les principaux bénéficiaires de cette aide sont les petites, moyennes et grandes entreprises du secteur industriel de la Communauté valencienne.

Le gouvernement régional souligne que l’investissement minimum requis pour bénéficier de cette aide est de 10 000 euros, un montant qui a été réduit afin que les petits projets puissent également être inclus.

Le gouvernement valencien a publié des données expliquant que 30 % de l’énergie consommée dans la Communauté valencienne provient du secteur industriel. Une facture énergétique qui affecte la compétitivité des entreprises. Ainsi, l’Institut valencien pour la compétitivité des entreprises (IVACE) a expliqué qu’il soutiendra les entreprises dont les investissements sont liés au remplacement des équipements et des systèmes auxiliaires qui consomment de l’énergie par des technologies qui utilisent l’énergie de manière très efficace.

IVACE Energy offre à ceux qui le souhaitent la gestion, qui dispose cette année d’un budget de 30,1 millions d’euros provenant du Fonds national pour l’efficacité énergétique.

Autosolar tient à vous informer que nous sommes toujours à votre disposition et que nous serons ravis de vous aider. Si vous recherchez des conseils pour réaliser votre kit solaire, n’hésitez pas à contacter nos professionnels techniques qui vous établiront un devis sans engagement. Nous vous informons également que nous disposons d’installateurs professionnels qui se déplaceront partout en Espagne pour mettre en place et démarrer votre installation.

Selon les dernières données publiées par Red Eléctrica de España, les énergies renouvelables dépassent déjà la capacité installée (52 %) des autres sources d’énergie dans la péninsule. Le parc de production d’électricité compte un total de 54 458 MW en 2019, dont 46 % d’énergie éolienne, 16 % d’énergie photovoltaïque et les 38 % restants appartiennent à d’autres énergies propres.

Potencia renovable instalada 2019

Bien que l’énergie nucléaire soit restée l’énergie qui a le plus couvert la demande avec 22 %, l’énergie éolienne n’est pas en reste et sa couverture de la demande est très proche avec 20,9 %, ce qui signifie que des progrès sont réalisés dans la transition énergétique vers des modèles plus durables pour la planète.

Mais ce n’est pas seulement en produisant de l’électricité à partir d’énergies renouvelables que l’on travaille à la transition énergétique. L’efficacité énergétique est l’affaire de tous. Voici donc quelques conseils que nous pouvons appliquer chez nous, maintenant que nous avons un peu plus de temps pour y réfléchir et nous informer :

– Remplacez tous les systèmes d’éclairage traditionnels de votre maison par des ampoules LED pour améliorer l’éclairage et réduire votre facture d’électricité. Une autre méthode peut également consister à tirer le meilleur parti de la lumière naturelle pendant les heures de la journée.

– Dans certaines maisons, il y a des zones de passage où le séjour n’est pas très long en raison de l’utilité qu’il a, certains endroits peuvent être : les garages, les salles de stockage, les halls, les portails ou les zones communes. Ces zones peuvent être automatisées afin que l’éclairage ne soit utilisé que lorsque cela est nécessaire.

Réduisez l’utilisation des appareils électriques lorsqu’ils ne sont pas utilisés. Cela signifie que lorsqu’un téléphone mobile est complètement chargé, le chargeur peut être débranché du secteur pour réduire la consommation d’électricité et prolonger sa durée de vie.

– Il arrive un moment où les appareils électriques cessent de fonctionner et il est plus intéressant de les remplacer par des appareils neufs que de les réparer en raison des coûts de réparation élevés. C’est pourquoi, lorsqu’il est possible d’apporter des modifications aux appareils ménagers, il faut s’assurer qu’ils portent une étiquette d’efficacité énergétique de la catégorie A+++ ou aussi élevée que possible.

– Utiliser les transports publics chaque fois que possible et sensibiliser notre entourage à la mobilité durable. En cas d’utilisation d’un véhicule privé, essayez d’optimiser les trajets et de faire en sorte qu’il soit le plus rempli possible.

Installer des panneaux solaires pour utiliser des énergies renouvelables au lieu d’énergies non renouvelables. Chez Autosolar, nous disposons de kits solaires pour les maisons isolées et de kits solaires pour le raccordement au réseau. N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations.

C’est le moment d’en savoir plus sur la façon dont vous pouvez contribuer à la transition énergétique et de voir comment vous pouvez mettre certaines idées en pratique pour aider l’environnement et réduire votre facture énergétique.

L’Espagne et le Maroc ont signé un accord pour la construction d’une interconnexion électrique dans le détroit de Gibraltar.

Le gestionnaire de réseau espagnol Red Eléctrica de España (REE) et le fournisseur marocain L’Office National de l’Électricité et de l’Eau Potable fourniront l’analyse pour le projet de 700 mégawatts. Sa mise en service est prévue avant 2026. Les deux pays ont également signé un deuxième accord qui vise à établir un partenariat énergétique à long terme dont les objectifs sont axés sur l’intégration des réseaux et des marchés énergétiques, le développement des sources renouvelables et les moyens d’accroître l’efficacité.

Les deux câbles existants entre l’Espagne et le Maroc sont les seules interconnexions électriques de l’Europe avec l’Afrique. La première liaison électrique entre les États de la Méditerranée occidentale a été construite après 1996 et le deuxième câble sous-marin est entré en service en 2005 avec une capacité de double transit de 1,4 gigawatts.

La nouvelle interconnexion coûterait jusqu’à 150 millions d’euros, dont la moitié environ serait à la charge de l’Espagne, selon le REE. Il pourrait générer des revenus allant jusqu’à 140 millions d’euros pour le système électrique espagnol grâce aux péages et aux paiements pour la congestion.

la construction de la troisième liaison entre l’Espagne et le Maroc (…) permettra l’intégration des énergies renouvelables, principalement photovoltaïques, dans le système européen », a déclaré REE. Il a ajouté que le Maroc avait un « plan ambitieux de développement de l’énergie solaire … qui réduira par conséquent le prix marginal de l’électricité sur le marché espagnol ».

Il y a un intérêt du marché à la fois à Rabat et à Madrid pour stimuler l’interconnexion. L’Espagne fournit actuellement environ 15 % des besoins annuels en énergie du Maroc, mais il y a eu récemment un contre-courant à la suite du démarrage opérationnel, en décembre, de la centrale au charbon marocaine de 1,4 GW de Safi.

Il est prévu d’exploiter le potentiel solaire de l’Afrique du Nord, mais l’exportation vers l’Europe occidentale dépendrait d’une telle connexion au réseau transcontinental. Toutefois, ces projections dépendront des modèles commerciaux utilisés pour l’exploitation de la nouvelle connexion.

Une étude réalisée par l’Oxford Institute for Energy Studies de l’université d’Oxford a révélé que le projet présentait un problème : « la demande dans de nombreux pays d’Afrique du Nord a fait naître des doutes quant à la capacité de ces pays à disposer d’une offre suffisante pour être des exportateurs fiables pour le pays ». UE.

pour que des projets de ce type soient viables, ils doivent être développés autour de synergies de marché, de marchés intégrés et de complémentarité », indique l’étude. Dans le cadre de sa stratégie de lutte contre le changement climatique, le gouvernement socialiste sortant d’Espagne souhaite que l’électricité produite soit à 100 % d’origine renouvelable d’ici à 2050, ce qui signifie que son statut d’exportateur d’énergie pourrait changer.

Le fabricant chinois de panneaux solaires JinkoSolar Holding Co. ltd. a annoncé qu’elle avait atteint un rendement de 24,2 % pour les cellules solaires en silicium monocristallin de grande surface de type N de Topcon, et que ce résultat avait été confirmé par le Wind and Photovoltaic Power Systems Quality Test Centre de l’Académie chinoise des sciences (CAS).

Le fabricant a souligné que la cellule est basée sur sa propre conception de cellule HOT, qui repose sur une technologie de contact à passivation TOPCon. La société ajoute que ce nouveau résultat a été rendu possible grâce à l’utilisation de plaquettes de type N de haute qualité, d’une technologie de dopage sélectif et d’une technologie avancée d’impression de lignes fines.

la technologie HOT de type N démontre également la compétitivité des produits JinkoSolar par rapport aux technologies HIT et IBC », a déclaré l’entreprise dans son communiqué, sans fournir d’autres détails techniques. le module de type N (60P) à demi-cellule de 387,6 W a été fabriqué grâce à la cellule HOT », a-t-il ajouté. En mai, Jinko a déclaré que son module de type n avait atteint un maximum de 378,6 W, et que ce résultat avait été confirmé par TÜV Rheinland Shanghai Co., Ltd.

Le même mois, JinkoSolar a battu son propre record de rendement des cellules monocristallines de type p, en produisant une cellule d’un rendement de 23,95 %. Ce résultat, qui a également été certifié par le Centre de qualité des essais des systèmes éoliens et photovoltaïques de l’Académie chinoise des sciences, a permis de dépasser le précédent record de l’entreprise de 23,45 %, établi en novembre 2017, qui était alors le cinquième record de cellules ou de modules établi par Jinko cette année-là.

La semaine dernière, le fabricant japonais Solar Frontier et les producteurs chinois Longi et Risen ont également annoncé de nouveaux records d’efficacité.

La fabrication de produits chimiques représente environ 10 % de la consommation mondiale d’énergie et 7 % des émissions industrielles à effet de serre. Des chercheurs de l’université RMIT ont mis au point un matériau capable de capter 99 % de la lumière et de l’appliquer directement pour alimenter des réactions chimiques, réduisant ainsi les émissions et améliorant l’efficacité des processus actuels

Une équipe de recherche dirigée par le professeur associé Daniel Gomez, un Future Fellow financé par le Conseil australien de la recherche, a publié aujourd’hui un article intitulé « Organic synthesis of hot carriers through near perfect light absorption » (Synthèse organique de porteurs chauds par absorption quasi parfaite de la lumière) dans la revue ACS Applied Energy Materials, qui relève le défi d’identifier des sources d’énergie alternatives pour la fabrication de produits chimiques.

Les plastiques, les médicaments, les engrais et les composants électroniques (les matériaux qui produisent les couleurs des écrans numériques) font partie des produits qui pourraient être fabriqués grâce à la photocatalyse (l’application de la lumière, et bientôt de la lumière du soleil) pour déclencher des réactions chimiques.

notre objectif ultime est d’utiliser cette technologie pour exploiter efficacement la lumière du soleil et convertir l’énergie solaire en produits chimiques, dans le but de transformer cette industrie vitale en une industrie renouvelable et durable », explique M. Gomez.

Selon l’Australian Energy Update d’août 2018, la production chimique en Australie utilise 17,8 % de l’énergie totale utilisée dans la fabrication, et la fabrication elle-même représente 17,8 % de notre consommation énergétique totale. Aux États-Unis, l’industrie chimique représente 28 % de l’électricité utilisée par le secteur industriel du pays.

La percée du groupe RMIT se concentre sur l’amélioration des propriétés optiques des nanoparticules de palladium qui permettent des taux d’absorption de lumière plus élevés. Le palladium, un métal blanc rare et cher, est un excellent catalyseur pour les réactions chimiques, mais il n’est pas très sensible à la lumière. Le procédé mis au point au RMIT en collaboration avec le CSIRO, le Melbourne Nanofabrication Centre et l’université de Melbourne, manipule le palladium pour absorber 99 % de la lumière.

il utilise les propriétés des matériaux optiques pour supprimer la réflexion, de sorte que la lumière n’est pas réfléchie par la surface des particules, mais est complètement absorbée », explique M. Gomez.

dans le cas du photovoltaïque, ajoute-t-il, on utilise la lumière du soleil pour produire des charges. Dans cette application, « ces charges ne produisent pas de courant électrique, mais déclenchent une réaction chimique ».

M. Gomez explique qu’il a d’abord pensé à ce procédé comme à un moyen de produire de petits volumes de produits chimiques complexes utilisés par les entreprises pharmaceutiques pour la fabrication de médicaments. mon raisonnement était le suivant : les matériaux comme le palladium sont chers, et il ne semblait pas réaliste de mettre en œuvre ces technologies pour produire des tonnes d’hydrogène, par exemple ».

En fait, les collaborateurs de Gomez au CSIRO appliquent déjà leur technologie, qui nécessite de minuscules quantités de palladium de l’ordre du nanomètre, à la production d’hydrogène. Cette méthode est également envisagée pour le dessalement de l’eau : « La chaleur localisée dans les particules peut devenir suffisamment importante pour vaporiser l’eau », explique M. Gomez, qui laisse le condensat résultant sans sel.

La production d’hydrogène est en train de générer sa propre chaleur cette année, le leader du parti travailliste fédéral Bill Shorten ayant annoncé le plan national pour l’hydrogène de son parti, avec des investissements de 1,14 milliard de dollars promis pour faire de l’Australie un leader mondial de l’industrie.

Les travaux de M. Gomez visant à exploiter la lumière du soleil pour la photocatalyse ne sont pas seulement efficaces dans leur processus, mais aussi dans leur méthode. Il explique que Merck, l’une des plus grandes entreprises pharmaceutiques du monde, utilise avec succès la chaleur des composés d’iridium pour catalyser les produits chimiques, mais que les composés doivent être extraits du produit chimique traité, puis jetés. Dans le processus du RMIT, « les matériaux se présentent sous la forme d’un film, donc une fois le processus terminé, vous retirez le film, le nettoyez et le réutilisez ».

M. Gomez suppose qu’avec le temps, certains produits chimiques peuvent se lier de manière irréversible à la surface du film, ce qui le rend moins efficace, mais les limites de sa durabilité par rinçage et répétition n’ont pas encore été explorées.

Selon lui, les prochaines étapes consisteront à produire de manière plus économique des films de nanoparticules sous forme d’encres pouvant être peintes sur des supports tels que des diapositives, en vue de leur immersion dans des matières premières. Les dépôts sont actuellement produits dans des chambres à vide, dont les coûts d’exploitation sont élevés. Le fait de les transformer en substances pouvant être peintes « nous permettra de passer à une échelle supérieure de manière moins coûteuse », explique M. Gomez.

En attendant, dit-il, « nos partenaires du CSIRO travaillent sur la production d’hydrogène ».

Lacombinaison du solaire photovoltaïque et de l’hydroélectricité est une tendance générale depuis plusieurs années dans le secteur des énergies renouvelables, avec un nombre croissant de projets annoncés dans le monde.

Toutefois, leur combinaison, et notamment la combinaison entre la production d’hydroélectricité à partir de réservoirs et les installations solaires flottantes, semble présenter un avantage supplémentaire en termes de stockage « virtuel » de l’énergie. En fait, selon une nouvelle étude de Christian Breyer, professeur d’économie solaire à l’université de technologie de Lappeenranta en Finlande, une centrale hydroélectrique construite sur un réservoir d’eau peut fonctionner comme une charge virtuelle pendant la journée, stockant l’eau pour la production d’énergie pendant les heures non ensoleillées.

Selon le rapport « Combinant les centrales solaires photovoltaïques flottantes et les réservoirs hydroélectriques : une batterie virtuelle avec un grand potentiel mondial », co-écrit avec Javier Farfan, les centrales hydroélectriques peuvent avoir cette fonction de batterie virtuelle uniquement lorsqu’il y a suffisamment d’eau, et grâce au fait qu’elles sont hautement contrôlables.

Lerapport indique que la Sibérie, l’Europe de l’Est, les pays nordiques, certaines parties de l’Amérique du Nord et du Sud et l’Afrique centrale sont les régions qui présentent le plus grand potentiel pour le fonctionnement en batterie virtuelle. vous pourriez installer un système photovoltaïque flottant d’une capacité totale de 4 400 GW et générer 6270 TWh dans le monde entier pour couvrir seulement 25 % de la superficie estimée des réserves d’eau, qui peut alors être utilisée pratiquement comme une surface de batterie », indique le rapport.

Les auteurs de l’étude affirment également que si le photovoltaïque flottant est étendu à tous les types de réservoirs d’eau, la capacité de production installée s’élèverait à 5 700 GW et 8 039 TWh, respectivement.

le photovoltaïque flottant peut fournir beaucoup plus d’électricité (6 270 TWh au total) que les réservoirs hydroélectriques (2 510 TWh au total) à un taux de couverture de 25 %, tout en assurant l’équilibre pour un fonctionnement intermittent de l’installation flottante », ont-ils conclu.